Projet-contre-argent

Pour réussir votre projet d’entreprise, il faut anticiper. En ce sens, le plan de financement initial est indispensable. Une fois estimé le montant exact des besoins nécessaires pour démarrer votre activité, vous entrez dans le vif du sujet : déterminer toutes les ressources que vous pouvez mobiliser pour y subvenir tout en préservant l’équilibre de votre budget. On vous donne ici les clés pour mener à bien cette étape essentielle de votre projet !

Fonds propres


Inévitable, l’apport en « fonds propres » démontre votre sérieux et votre engagement auprès de tout investisseur, établissement bancaire ou organisme prêteur comme le précise le site le-pret-immobilier.com. C’est donc un préalable nécessaire à toute démarche de financement de votre entreprise.

Nécessaire mais pas suffisant, bien sûr ! Les professionnels estiment que 20 à 35 % du prix de vente de l’entreprise doit émaner de vos fonds personnels. Gardez-vous bien toutefois d’investir 100 % de votre patrimoine dans le financement de votre entreprise.

Les investisseurs


Vos proches sont vos premiers investisseurs ! Votre famille, vos amis peuvent devenir acteurs de votre projet en effectuant des prêts, des donations ou même sous forme de participations au capital de votre future entreprise. Ils bénéficieront de plus d’avantages fiscaux à ce titre.

Vous pouvez également créer ce qu’on appelle une société-mère qui va détenir tout ou une partie de votre entreprise. Cette holding vous permet d’ouvrir votre capital à des investisseurs. C’est par ce biais que vous trouverez les perspectives les plus prometteuses pour récolter les fonds nécessaires à votre financement : crowdfounding, business angels et aussi fonds d’investissements.

Les prêts d’honneur


Il existe de nombreux réseaux d’accompagnement pour les futurs entrepreneurs. Ceux-ci proposent des prêts d’honneur sans garantie ni caution personnelle. Ces prêts, généralement à taux zéro, entrent dans la constitution de vos fonds propres.

Avec des montants qui vont de 8 000 à 20 000 €, ils représentent pour ceux qui n’ont ni épargne ni patrimoine, le marche pied nécessaire à l’aventure entrepreneuriale. Pour des projets innovants, le montant du prêt d’honneur peut toutefois atteindre les 90 000 € !

Les aides publiques


Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (ACCRE), cumul des revenus avec l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), crédits d’impôts divers… Les aides publiques sont nombreuses en France pour favoriser la création et la reprise d’une entreprise.

Etat, région, communes et même certains établissements publics proposent un arsenal d’aides diverses qui s’adaptent à chaque étape de votre projet de financement. Rendez-vous sur les sites d’aides aux entreprises et de l’URSSAF notamment pour trouver celle qu’il vous faut.

Les crédits


Lorsque vos fonds sont réunis, vous pouvez démarcher les établissements financiers pour obtenir des crédits supplémentaires. Bpifrance, la banque publique d’investissement propose, par exemple, le contrat de développement transmission pour la reprise des PME.

Vous pouvez également vous adresser directement au cédant de l’entreprise qui peut vous accorder un prêt appelé « crédit-vendeur ».

18

Aidez à construire la réputation de francoisx22 en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :