Cassia

Cassia Sakarovitch a 33 ans. Elle possède une double formation académique : école de commerce à l'ESCP Europe, puis une spécialisation en production audiovisuelle à la Fémis. Après dix ans d'expérience en production audiovisuelle, elle a créé Shim Sham, pour développer ses propres projets de films. Férue d'entrepreneuriat, elle a développé, en parallèle de son activité de production "classique", des offres de vidéos spécifiquement dédiées aux start-ups et à leurs besoins en supports audiovisuels. Elle nous donne ici les astuces pour réaliser une vidéo de pitch maison efficace et percutante.

Le pitch vidéo : sortir du lot

Un pitch vidéo est un film très court, de 1 à 5 minutes, qui va répondre, par des moyens audiovisuels, aux mêmes enjeux que le pitch classique : faire passer un message de façon rapide et efficace ; et permettre à son auteur de sortir du lot. Il y a plusieurs raisons possibles de se lancer dans la réalisation d'un pitch vidéo et, en fonction de l'usage qu'on veut en faire, il devra être conçu différemment. Le but peut être de:

Se créer une carte de visite. Cela peut être utile par exemple pour une société qui développe un projet techniquement compliqué. Le film sera réussi s'il est très clair, et agréable à visionner malgré la complexité du sujet. Le créateur sait qu'il pourra s'y appuyer au moment de décrire son produit… c'est-à-dire cent fois par jour !
Augmenter sa visibilité sur internet. Dans ce cas, l'enjeu est de donner envie aux destinataires de partager le film sur les réseaux sociaux.
Enfin, le pitch vidéo sert dans toutes les situations où il faut se démarquer ! Par exemple, le Concours National de la Création d'Entreprise, dont Shim Sham est partenaire, demande à ses présélectionnés de fournir un pitch vidéo avec leur dossier de candidature.
Le pitch vidéo pour convaincre un investisseur

La situation de sélection par excellence, c'est bien sûr la levée de fonds, pour laquelle le pitch vidéo peut être un outil précieux. Son rôle est de donner envie aux investisseurs :

  • Envie d'en savoir plus,
  • Envie de lire le dossier du projet
  • Envie de rencontrer l'équipe…

Cela vaut aussi pour la levée de fonds sur les sites de financement participatif, comme Reservoir Funds par exemple. La vidéo est là pour garder le visiteur sur la page du projet, et lui donner envie d'en lire le contenu. Bref, dans le cadre d'une levée de fonds, le pitch vidéo est réussi s'il suscite la curiosité de l'investisseur. Il remplit donc un rôle de "bande annonce", et surtout pas d'exposé détaillé.

Réussir son pitch vidéo

La première clé, c'est une évidence mais je la souligne quand même : il faut que le projet à présenter soit bon – vraiment bon, et que l'équipe qui le présente en soit fière et le montre.
Ensuite, si on se lance dans la réalisation d'un pitch vidéo, on vient de le dire, c'est dans un but particulier. Donc c'est essentiel d'avoir bien défini quel objectif on va poursuivre en faisant le film, et de garder toujours cet objectif en tête. De là vont découler les réponses aux questions qu'il faut impérativement se poser avant de se lancer :

A qui est destiné mon pitch vidéo ?
Quel est précisément le message que je veux faire passer à ces destinataires ?
Quelles actions j'espère déclencher chez mes destinataires avec ce film ? (partage sur les réseaux sociaux ? lecture du business plan ?)
Quelle image je dois donner de moi-même dans ce film ? (très compétent dans mon domaine, ou incroyablement créatif ?)

Une fois qu'on a répondu à ces questions, on réfléchit à ce qu'on va filmer et comment. Là, la clé, c'est de donner une importance capitale à ce "comment". La vidéo offre une infinité de possibilités pour faire passer des messages : par le montage, l'incrustation de textes, l'utilisation de musiques… Il faut impérativement se poser la question de la forme, et exploiter celles de ces possibilités qui sont efficaces pour faire passer son message. Autrement dit : on n'écrit pas seulement un texte ; on écrit une séquence audiovisuelle, qui prévoit autant ce qui se dit que ce qui apparaît à l'image. Cela dit, attention, la forme est capitale mais elle doit rester au service du message.

Les erreurs courantes dans un pitch vidéo

Il y a certaines erreurs qu'on retrouve fréquemment dans les pitchs vidéo des entrepreneurs :

  • Concentrer tous ses efforts sur la forme, et pas suffisamment sur le fond. C'est un des pièges de la vidéo : on peut être tenté de se lancer dans la réalisation d'effets compliqués et pas toujours utiles. Il faut bannir tous les effets qui ne sont pas au service de votre message.

  • Négliger le décor : un élément disgracieux dans le fond de l'image peut déconcentrer un destinataire et nuire à la transmission du message. Alors on fait attention à la canette de soda rouge qui traîne sur le bureau ! Ce serait dommage d'attirer le regard de votre destinataire vers autre chose que vous même. De plus, les images, les couleurs, ont leur langage. Donc il faut éviter de se filmer devant un fond marron grisâtre ; dont le ton triste imprimerait l'ambiance du film.

  • Ne pas bien connaître son texte. De ce point de vue-là, on rejoint complètement les enjeux du pitch en public. Paraître naturel devant une caméra, comme devant un public, c'est vraiment difficile ! Alors il faut bien prendre le temps de répéter avant de se lancer.

  • Enfin, négliger les contraintes techniques liées à la réalisation d'une vidéo.

Pitch Vidéo : Passage à la pratique

A) Respecter certaines techniques de base

D'abord, il faut choisir du matériel adapté. La caméra n'a pas besoin d'être professionnelle, mais il faut tout de même que l'image rendue soit propre, et que le son soit de bonne qualité. Avant de vous lancer, faites quelques tests de votre matériel de tournage et de montage. S'il n'est pas adapté, mieux vaut s'en rendre compte en amont de votre tournage.
Avant de commencer à filmer, faire attention à la lumière. Bien éclairer la pièce, éviter les contre-jours, et la lumière trop forte de face.
Se poudrer le nez, le front, le menton… même les hommes ! C'est impératif pour éviter de "briller" à l'image.
Faites-vous filmer avec plusieurs valeurs de plan. Par exemple : un gros plan, un plan rapproché (de la taille à la tête), et un plan américain (de mi-cuisse à la tête). Bien sûr, faire plusieurs prises pour chaque valeur de plan. Cela vous donnera plus de liberté lors du montage.
Pour la durée finale du film, cela dépend de la fonction du pitch. Il peut bien sûr faire 5 minutes, ou pourquoi pas 15 si le but est de présenter le projet dans le détail. Mais la durée de 1'30 à 2'30 est souvent idéale, surtout pour une diffusion sur internet… Car les internautes sont de redoutables zappeurs !
La musique : pourquoi pas, mais seulement si c'est justifié pour faire passer son message. D'autre part, on vérifie auprès de la SACEM dans quelles conditions on peut l'utiliser.

B) Consacrer du temps à l'exercice

Il y a d'abord tout un travail qui se fait en amont, souvent sur la durée : la réflexion sur les objectifs à atteindre, puis la rédaction du texte et la réflexion sur la façon dont on va filmer.
Il y a aussi un travail de logistique à prévoir, plus ou moins long selon les cas : trouver le matériel (on l'achète ? on l'emprunte ? à qui ?), aller le récupérer, choisir le lieu de tournage, trouver la personne qui vous filmera, caler une date qui convient à tout le monde, etc. C'est une préparation au long cours mais qui, mise bout-à-bout, prend souvent plusieurs heures.
Ensuite, le temps passé vraiment aux étapes de réalisation du film dépend beaucoup de la maîtrise qu'on a des outils audiovisuels, et des effets que l'on veut obtenir. On peut tout de même donner quelques ordres de grandeur…
Une demi-journée à une journée pour les tests (test caméra + test de montage). Disons 2 heures si tout marche bien, et 8 heures si rien ne marche, qu'il faut changer le matériel prévu au départ et refaire des tests !

Une demi-journée à une journée pour le tournage en lui-même, en fonction du nombre de séquences à filmer et de la complexité du dispositif prévu.
Un à trois jours de montage selon les effets voulus et la maîtrise des outils. A noter : plus le tournage s'est bien passé, plus vous avez enregistré de bonnes prises, avec plusieurs valeurs de plan, plus le montage sera rapide.
pour exporter le film vers le support de son choix (DVD ou fichier informatique), puis pour le diffuser sur internet (sur votre site ou sur un site de partage type YouTube) : cela peut prendre 1 heure à quelqu'un qui a déjà l'habitude… ou beaucoup plus si on le fait pour la première fois et qu'on ne maîtrise pas bien les outils.
Bon et mauvais pitch : Le détail compte

Je trouve réussis les pitchs qui laissent entrevoir la personnalité du créateur. Entrepreneur en série, informaticien "geek", mère-entrepreneur… Quand, en plus de la clarté du propos, on sent qu'il y a une cohérence entre le projet et la personne qui le porte. Cela peut passer par des éléments assez simple : un choix de lieu de tournage original, une recherche de forme surprenante, un texte particulièrement bien écrit…

Les pitchs "ratés", pour moi, sont ceux qui passent à côté de la force de l'outil audiovisuel. Soit en négligeant les contraintes techniques liées à la vidéo (décor mal éclairé, son de mauvaise qualité…) ; soit au contraire en ne se concentrant que sur la forme, au détriment de la clarté du message.

http://www.my-business-plan.fr/pitch-video

0

Aidez à construire la réputation de legaleasy en votant pour cet article :

Les commentaires :