Outil
6

la "symbolique du prix de vente"

2013-11-26 14:20:00 +0100
Éditer

je travaille depuis quelques jours sur des prix de vente de produits finis.
n'ayant pas fait d'écoles de commerces... donc peu de notions ou pas du tout... il existe semble-t-il une "symbolique du bon prix".
un exemple, un article se vend mieux à 13.50e, 13.95 ou 14.....
Merci de vos compétences en la matière

6

Aidez à construire la réputation de Isabelle Lebourgeois en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Ce qu'on apprend en école de commerce c'est qu'un prix égale une valeur pour le consommateur; si on a beaucoup de consommateurs, à l'instar des hypermarchés, alors on applique la méthode ERAM (9.99 au lieu de 10). Par contre si on a peu de consommateurs on fixe un prix égal à ce que l'on mettrait soi même si on était à sa place, en l'arrondissant (exemple 5 euros pour un CD 2 titres de Prince). Ensuite on ajuste ses prix au fur et à mesure.

2013-11-27 02:22:33 +0100
3

Le bon prix est celui que le client est prêt à payer ... il n'a aucun rapport avec le coût de production si ce n'est que la somme des prix de vente doit être supérieure à la somme des coûts ...
Une bonne approche est d'aller discuter avec les futurs clients, prescripteurs, concurrents ... et de comprendre comment ils trouvent (donnent, prescrivent, ...) satisfaction au besoin que vous allez servir, auprès de qui, avec quel niveau de satisfaction et d'insatisfaction, avec quels services, ... et à quel prix ...
A partir de là, vous aurez acquis une meilleure connaissance du processus d'achat et de la valeur que le client y porte et vous pourrez commencer à raisonner pour évaluer le "bon" prix ... il faudra ensuite tester (même principe : allez discuter avec les futurs clients) puis vous laisser une marge de manœuvre pour avoir la possibilité de faire un geste commercial (un arrondi, une réduction exceptionnelle, ...) qui permette d'ajuster au cas par cas ...
encore une fois (pour revenir sur des discussions antérieures) il ne faut pas faire de sondage mais aller discuter longuement avec ses futurs clients prescripteurs, concurrents, ... pour comprendre comment le marché sur lequel vous allez vous installer fonctionne :)
bon courage

2013-11-27 09:52:23 +0100
4

merci Thierry, merci Olivier
J'essaie en effet de me positionner en tant qu'acheteur......et là le constat est "alarmant", je m'explique :
je suis ce que l'on peut appeler une cliente difficile, je compare peu les prix et suis fidèle à mes boutiques de quartier donc j'attends avec mes commerçants une relation achat/confiance dans le temps.
Par rapport à mes créations, j'essaie d'appliquer la méthode de Thierry mais j'ai beaucoup de difficultés à prendre le recul nécessaire pour finaliser les prix.
Dans tous les cas de figure..... je suis légèrement perdante car si j'applique le prix de la matière première auquel on ajoute le temps et le pourcentage de marge...........les prix flambent. Et pour cause.... le fait main est mangeur de temps!
Il s'agit de Made in Shabby Cotentin!!!!!!!
De plus, il ne s'agit que d'objets uniques..... j'ai même des difficultés "affectives" à les vendre, voyez vous, j'ai quand même un gros problème.... affect et commerce sont ils compatibles.
En revanche, je m'ajuste donc aux produits semblables même si je ne retrouve jamais les mêmes choses.
Par contre, mes créations suscitent l'envie de créer avec ses propres matières premières et c'est donc là l'idée c'est qu'en effet elles générent des prestations ateliers.
Mes prix vont de 2 euros l'article à ......................plus si coup de coeur de l'objet unique.
Pour info, mon cabinet expert comptable a beaucoup de difficultés de compréhension à mon égard, mais me suis dans ma démarche..... en bon observateur, je le rassure en lui disant que j'ai de très bons "tuteurs" sur spot créa!
De toutes façons, il faudra dans les semaines à venir que je sois beaucoup plus rigoureuse dans mes tarifs sous peine de voir mon projet 2014 en difficultés.
La morale de l'histoire, je vais donc "ERAMER" et ajuster au cas par cas.
Merci Messieurs de vos conseils.

2013-11-27 11:02:45 +0100
3

Avez-vous pensé à "saucissonner" le prix en fonction du niveau de service ? vous êtes à la limite de l'art ... et la rareté a un coût ... à condition de construire un "univers" autour de l'artiste ... problème marketing ... le prix n'en est qu'une conséquence ...
reprenez au départ et déclinez à partir du positionnement que vous visez ...
bon courage

2013-11-27 11:16:44 +0100
3

Merci Olivier.... j'ai déjà mal à la tête.....

2013-11-27 11:23:34 +0100
1

tricotboutchou.... cela pourrait susciter une question à part entière : le fait main, made in "soi-même" a t il réellement un avenir aujourd'hui face à la concurrence "lointaine", car il est vrai qu'à l'heure actuelle on ne peut absolument pas aligner nos prix, pour ma part, je préfère calculer en partant du prix de revient de ma matière première... et encore si j'osais tout vous dire.....c'est parce que j'ai une obligation de réserve sur ce réseau....(mais un exemple, même un vieux "caleçon" m'attire pour créer, c'est pour dire).......pour le reste c'est un tel bonheur de créer que j'essaie de prendre du recul... par contre, toute mauvaise vendeuse que je suis je n'accepte aucune négociation de prix... et je resterai ferme par rapport à cela.

2013-11-27 11:48:35 +0100
2

@shabby50: Pourquoi n'allez vous pas voir une boutique de luxe vers chez vous pour lui demander comment elle fixe ses prix ? Pas forcément une franchise d'une grande marque mais plutôt un magasin indépendant.

2013-11-27 11:51:19 +0100
3

C'est déjà fait........ je suis contrariée d'ailleurs ..... je retrouve mes bracelets minimalistes à 150 euros ..... vous voulez le prix des miens....... je vous préviens d'avance......... çà peut choquer ......

2013-11-27 11:53:26 +0100
2

C'est plus cher chez eux ?

2013-11-27 11:54:41 +0100
0

quant aux magasins d'objets rares...............ils viennent de tellement loin outre...Cherbourg.... que je ne peux que difficilement les aimer!!!

2013-11-27 11:54:55 +0100
2

Bickley Park...... je vous en offrirai un pour Noël......d'ailleurs à ce propos.... il semblerait que les hommes apprécient beaucoup les bracelets en région parisienne!

2013-11-27 12:03:18 +0100
2

Un rapport qui par le petit bout doit être de 1 à 10 (je me trompe ? plus ? ) devrait vous conduire à réfléchir sur votre positionnement et la distribution de vos "œuvres" !!! Vous êtes faites pour créer, pas pour vendre ??? c'est ce que vous dites :):) alors pourquoi ne pas travailler avec ceux qui savent vendre ? vos œuvres dans ce fameux magasin, vendu à 150 euros doit être acheté par ledit magasin entre 50 et75 euros ... prix que vous aurez du mal à faire si vous distribuez vous même !!! ??? même à 50 euros ... c'est bien plus cher que vous ne ferez (si j'ai bien compris ?) et pour le coût ça devient viable ?
créer son entreprise c'est reprendre TOUTE la réflexion ... jusqu'à trouver l'organisation qui permet de vivre !
me trompe-je ?

2013-11-27 12:05:15 +0100
2

Olivier.............................
J'ai pensé à tout cela...... mais souvenez vous qu'à la base je n'ai aucun diplôme ni de créatrice...... ni de rien en la matière..hormis une formation soignante qui qq fois "déteint" sur mon esprit du "faire du social" un peu trop souvent je vous l'accorde, comment être crédible auprès de créateurs de luxe..... je vous rappelle quand même que les bracelets (je prends l'ex des bijoux parce que c'est l'exemple du moment) qui ont le plus de succès sont fabriqués sur le principe du fil conducteur de mon atelier : la récup..........si vous saviez ce que je suis capable de fabriquer avec des élastiques de ........ vous seriez fort étonné Olivier.

2013-11-27 12:15:22 +0100
2

@shabby50: Merci, nous allons sonder nos prétendants sur le sujet bracelet. Habilement.
@Olivier: suggérez vous à shabby50 de s'associer avec un vendeur ? C'est ce que nous pensons pour notre part.

2013-11-27 12:15:31 +0100
3

Je ne pense absolument pas à une association !
je suggère simplement d'envisager qu'une voie possible est d'assumer d'être une créatrice de bijoux, une artiste (pas de diplôme en la matière !!! juste un public à trouver en lui proposant un univers propre comme tout créateur) et de distribuer dans des bijouteries et autres boutiques de luxe ... comme un peintre distribue dans des galeries ...
juste y réfléchir pour s'assurer que le chemin ne serait pas plus simple à prendre :):)

2013-11-27 12:20:50 +0100
3

Si la création peut être une finalité ... ce n'est pas forcément la création d'entreprise !

2013-11-27 12:21:22 +0100
2

Olivier....... depuis plusieurs semaines vous avez appris à me découvrir au travers de mes articles, ils sont toujours un peu le reflet de moi même.... un peu "fou fou", fouillis parfois, trop longs qq fois, mais j'ai autant de questions à poser que de choses à créer.
Vous voyez, et le sujet est souvent revenu sur le réseau, on ne s'improvise pas entrepreneur ou auto entrepreneur.
Il faut et je le conçois de plus en plus en grand nombre de compétences, et c'est pour cela aussi que j'utilise ce réseau comme réel outil d'aide pour moi.
la création n'est pas pour moi une finalité elle fait partie intégrante de moi même, une énergie à part entière, comme on pourrait comparer"il faut manger pour vivre..... voyez vous". Toute petite déjà.... je suis tombée dans la marmite!
La création d'entreprise était pour moi le moyen légal de proposer mes créations, et les services associés.
Maintenant il me reste le plus difficile.... durer et m'épanouir dans mon activité.
Aujourd'hui, je peux réseauter et apprendre tout en créant en parallèle.... heureusement d'ailleurs sinon il faudrait faire un choix. Je suis consciente pour l'avenir que, si je veux m'améliorer et pourquoi pas progresser il me reste un long chemin à parcourir.... tenue par le temps car je ne suis plus une "jeune".....
D'ailleurs, ce qui me fatigue le plus actuellement c'est de dormir en créant .... et e rêvant d'une autre forme d'entreprise et des petites mains à mes côtés pour leur transmettre toutes mes idées.

2013-11-27 13:29:19 +0100
3

Shabby je viens tout juste de lire la conversation... le plus important : insister sur les qualités de vos créations, le fait main made in Cherbourg et le concept de recup, ça sera trés vendeur et vous permettra une petite hausse des prix !

2013-11-27 18:39:57 +0100
2

d'ailleurs ce week end c'est une première REP : la première exposition vente d'isabelle.... le bilan lundi : il y aura les créations et le sourire de la créatrice!!! en cadeau

2013-11-27 18:46:48 +0100
2

profitez en pour discuter plein plein avec les gens qui vont venir vous voir et essayez de comprendre comment, où, à qui, pourquoi, à combien cher, ... ils achètent :):)

2013-11-27 20:51:26 +0100
1

Cruel dilemne ))). Comme toi, je n'ai pas fait d'école de commerce; ma réaction est donc celle d'une cliente potentielle. Ne surtout pas sous-estimer tes coûts, le temps passé, ta créativité.... Je pense qu'ensuite, un facteur essentiel à prendre en compte est la clientèle à laquelle tu t'adresses. Des prix "acceptables" dans certains quartiers à Paris par exemple pourraient paraître "indécents" d'en d'autres villes. Nous n'avons pas toutes les mêmes références, ni le même pouvoir d'achat.

2013-11-27 20:53:54 +0100
3

Olivier, Sophie....... plus les heures passent, et plus j"angoisse" de ces deux journées Et en plus je suis consciente que je n'ai pas le droit à l'erreur, il s'agit de LA vitrine de mon projet et de mes projets à venir...

2013-11-27 21:31:40 +0100
1

Quand le trac monte :):) ! mon grand-père disait : "t'inquiète pas mon grand ... personne ne te fera un deuxième trou au C.." pas très élégant, je le concède ... mais ça m'a toujours permis de relativiser et de faire baisser la pression :):)
En fait, c'est une opportunité de voir des gens, de leur parler de votre projet, d'échanger avec eux, de les faire parler de ce qu'ils achètent, comment, pourquoi, ... mais je dois être monté en boucle :):)
j'ai un grand principe pour ce qui est de la direction d'entreprise : il faut comprendre pour agir :):) et pour comprendre il faut revenir à ses 4 ans (environ) cette période bénite où notre seule question aux adultes était pourquoi ? et comme la réponse n'était jamais satisfaisante, la question suivante était pourquoi ? et comme la réponse ... pourquoi ?
revenez à cette période et posez des questions jusqu'à ce que la réponse à la question : pourquoi vont ils m'acheter à moi plutôt qu'à quelqu'un d'autre ?? soit évidente !!!
arrêter de vous poser la question ! posez là aux autres ! c'est eux qui ont les réponses !

2013-11-27 22:23:16 +0100
2

Je vais en avoir des "trucs" à vous raconter dès lundi.... la piplette du réseau va encore frapper!
j'ai peut être déjà une piste.... on m'a complimentée cet après midi en atelier en me disant tout simplement : on se sent tellement bien à vos côtés!!!!! tout simplement et les personnes de repartir avec leurs créations sous les bras.... les yeux tout illuminés! c'est beau déjà....

2013-11-27 22:33:23 +0100
1

Mais oui ! Je comprends que tu puisses avoir la trouille, mais il y a tellement de qualités qui émanent de toi et tes créations sont tellement belles. Il faut croire en toi !! La différence, c'est toi qui va la faire. Tes créations ont une histoire, une âme. Sois toi-même et tout ira bien )))

2013-11-27 23:01:11 +0100
2

Sophie..... c'est peut être cela la piste de ton projet.....l'idée des objets de sacs personnalisés.......il va falloir que tu viennes passer quelques jours de vacances à Cherbourg en stage intensif créatif......................et en plus mon petit atelier a vue sur mer toute la journée ..... je vois le Queen Mary passer devant mes fenêtres! c'est pas beau çà!

2013-11-28 08:52:46 +0100
1

En tant que créateur/créatrice il faut se méfier du prix qu'on croit être le prix "correct", c'est à dire :

1) le prix auquel on achèterait nous même car notre perception est biaisée par rapport à la valeur qu'on a donner à notre propre travail (qui n'est d'ailleurs pas forcément non plus une valeur rentable...).

2) le prix indiqué par les personnes sondées dans une étude de marché, car là aussi rien n'indique au final si ces personnes achèteraient vraiment en situation réel (hors étude de marché / réponse pour faire plaisir et qui n'engagent à rien...).

Il faut déjà fixer un seuil minimum pour que votre travail soit rentable et même bénéficiaire. Si vous devez vendre en dessous, il faudra envisager d'autres produits ou une autre activité... (je sais, c'est un peu rude, mais il faut être réaliste).

Ensuite, il faut trouver les mots pour valoriser vos produits/vos créations aux yeux de vos prospects... et là il faut décrire le bénéfice qu'il vont en tirer, et surtout pas les fonctionnalités ! Ce qui comptera en terme de prix acceptable, c'est le prix qui correspondra au bénéfice ressenti !

Le bénéfice peut être purement orienté plaisir... mais là aussi il faut trouver les mots justes et l'orientation du discours qui créera de la valeur aux yeux de vos clients.

2013-11-29 15:50:58 +0100
3