Banniere_installations

N7 Solutions est une entreprise de conseil environnemental dont la spécialité est l'évaluation et la réduction des impacts environnementaux.

Aujourd’hui, les entreprises sont de plus en plus confrontées à une nécessité de réduction de leur impact sur l’environnement, que ce soit dans une optique de respect des normes, de recherche de satisfaction du client ou tout simplement d’économie d’énergie et de matières premières.

Pour assister ces démarches, il existe des outils, dont certains sont bien connus et d’autres moins.
Par exemple, on entend beaucoup parler de l’ACV (Analyse du Cycle de Vie) des produits d’une entreprise ou de l’empreinte carbone de ses activités.

Au contraire, on entend peu parler des outils d’évaluation du risque environnemental. Et c’est dommage… En effet, ces outils permettent de prédire les impacts potentiels des activités d’une entreprise sur son environnement, voire sur les salariés, les résidents ou encore les consommateurs.

Ces outils s’inscrivent surtout dans le cadre des rejets industriels et agricoles, qu’ils soient aquatiques, terrestres ou encore aériens.

Cet article a ainsi pour but de vous expliquer l’intérêt de tels outils, à travers une rapide présentation de leurs caractéristiques, des résultats attendus ainsi que des conditions nécessaires à leur fonctionnement.

Qu’est-ce que l’évaluation du risque environnemental ?

Cette évaluation est axée sur les impacts écosystémiques des activités anthropiques. Elle permet donc d’étudier un volet important du développement durable : la biodiversité.

Tout d’abord, il est nécessaire de définir l’évaluation des impacts environnementaux.
L’évaluation des impacts est un processus qui consiste à évaluer les effets causés par un rejet (d’une ou plusieurs substances) sur l’environnement dans lequel il est introduit : c’est-à-dire identifier le problème rencontré puis établir la relation entre la dose d’exposition et les effets induits.

L’évaluation du risque environnemental est similaire à celle des impacts environnementaux, à ceci près qu’elle n’est pas effectuée au même moment.
En effet, l’évaluation des risques consiste à prédire les impacts plutôt que les étudier, que ce soit avant l’apparition de ces derniers, ou pendant, en les projetant sur le long-terme (décennies).

Ainsi, l’évaluation du risque environnemental est une procédure à étapes ayant pour but de déterminer la probabilité que des effets nuisibles apparaissent sur un écosystème suite à l’exposition à un ou plusieurs polluants.

Il est donc nécessaire dans un premier temps d’identifier le problème, puis d’évaluer l’exposition et les impacts des polluants. Enfin, la dernière étape consiste à caractériser le risque identifié.

Comment est-il possible d’évaluer un impact qui n’a pas encore eu lieu ?

C’est là qu’interviennent les outils de modélisation environnementale.

Depuis un peu plus d’une trentaine d’année, la Recherche modélise les processus environnementaux qui ont ensuite été intégrés dans des outils informatiques, formant ainsi de véritables outils d’aide à la décision pour les gestionnaires environnementaux.
Ces outils permettent ainsi, grâce à des modèles plus ou moins complexes, de prédire le devenir des polluants dans un écosystème mais aussi l’effet de ces polluants sur les espèces présentes.

Ces outils sont développés depuis les années 1980 par diverses institutions à travers le monde parmi lesquelles on peut citer la Communauté Européenne, l’USEPA (Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis), le CSIRO (Organisation de recherche industrielle Australienne), le RIVM (Institut national de santé public et d’environnement des Pays-bas).

Que permettent réellement ces outils ?

Leurs applications bien que restreintes au domaine de gestion des rejets liés aux activités anthropiques sont variées.

D’un point de vue applications, ils permettent de prédire à la fois :
* - le devenir de molécules dans l’environnement aquatique, terrestre ou aérien
* - l’impact de concentrations en polluants sur les espèces présentes

D’un point de vue spatial, ils peuvent s’appliquer :
* - au niveau ponctuel (comprenant les environs du point de rejet)
* - au niveau local (une rivière)
* - au niveau régional (un bassin versant)
* - au niveau continental (étude globale sur l’environnement)

D’un point de vue fiabilité, la plupart de ces modèles se basent sur un système de probabilité pour évaluer à la fois la probabilité d’impact sur une quantité d’espèces, mais aussi la probabilité de perte d’une proportion des individus d’une espèce

En résumé ces outils sont capables de modéliser des écosystèmes variés à des échelles différentes et sont appuyés par des probabilités. Il est donc possible de trouver un modèle s’adaptant à chaque cas étudié et à chaque objectif.

En pratique, dans quel but peut-on les utiliser ?

Il est possible de les utiliser dans plusieurs cas de figures (par exemple en tant que prévision pour adapter ses installations, ou encore en tant qu’estimation d’une pollution en cours afin d’y remédier).

Supposons qu’une entreprise industrielle souhaite s’implanter et prévoit de rejeter une certaine concentration de polluant. Ces rejets pourront alors être évalués et le gestionnaire pourra donc en déduire la concentration maximale de polluant dans les rejets et mettre en place un système d’épuration adapté et optimisé.

Supposons maintenant qu’une entreprise agricole épande des pesticides sur sa production.
Il est possible d’évaluer à court et long terme la quantité de pesticides qui sera libérée dans l’environnement et atteindra les organismes du sol et des milieux aquatiques.
La prévision du risque environnemental des différentes molécules impliquées permettrait alors de classer les pesticides et d’ajuster leurs doses respectives afin de réduire au minimum l’impact sur l’environnement.

En bref, ces outils permettent donc de prévoir les impacts d’une activité future, mais également de prédire les impacts d’une activité existante sur le long-terme.
Dans ces deux cas leur utilisation permet d’obtenir des résultats que des méthodes telles que le monitoring seul ne pourraient fournir.

Quelles sont les conditions nécessaires à l’utilisation de ces outils ?

Il n’est bien évidemment pas possible de se servir de n’importe quel modèle pour n’importe quelle situation.
Comme cité précédemment, l’évaluation du risque environnemental est une procédure par étapes : il s’agit de bien déterminer l’objectif de l’évaluation, le type d’environnement étudié et de caractériser le risque estimé.

Pour cela, bien entendu, les outils développés sont bien documentés et décrivent les situations dans lesquelles le modèle peut et/ou doit être utilisé.

De plus ces derniers demandent un nombre de données qui peut être très important.
Par exemple, une modélisation précise évaluant le risque à long terme sur un écosystème spécifique dans un bassin versant va demander une lourde base de données physicochimiques et écotoxicologiques.
Il est donc encore une fois nécessaire de bien cerner les objectifs de l’étude et les possibilités avant d’entreprendre ce type d’évaluation.

Les données nécessaires au fonctionnement du modèle sont généralement disponibles gratuitement sur les sites de la Communauté Européenne ou de l’USEPA. Par exemple pour les pesticides deux bases de données collaboratives existent (l’EU Pesticides Database et la Pesticides Properties DataBase).

En conclusion

Les outils de modélisation environnementale, véritables leviers dans la gestion de l’environnement permettent aux gestionnaires d’adapter leurs recommandations techniques et de fixer des objectifs précis grâce à des prédictions sur le long terme, base même de la protection de l’environnement.

Ces outils sont développés par différentes institutions (le plus souvent gouvernementales) et sont, la plupart du temps, disponibles gratuitement auprès des développeurs.

L’évaluation du risque environnemental par modélisation est donc une méthode d’avenir, à grand intérêt écologique de par les prédictions sur le long terme, mais également économique, car le peu de logistique nécessaire permet de réduire les missions de monitoring terrain, et donc leur coût.

Pratique

N7 Solutions vous propose de mettre en œuvre ces démarchages afin d'évaluer les impacts potentiels de vos activités. Ensemble, nous pourrons alors s'appliquer à réduire les impacts actuels et futurs de votre entreprise, dans le respect de l'environnement et de votre économie.

N'hésitez pas à demander plus de renseignements à propos de ces modèles ou de l'évaluation du risque environnemental : contact@n7solutions.fr

14

Aidez à construire la réputation de N7 Solutions en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :