Accueil Services Auto entrepreneur gratuitement : comment ça marche ?

Auto entrepreneur gratuitement : comment ça marche ?

Avez-vous envie de vous mettre à votre propre compte ? Auto-entreprendre a été rendu gratuit pour tous. Ne vous fiez plus à la rumeur des longues procédures administratives pour vous faire enregistrer. En quelques clics depuis votre demeure, vous pouvez devenir un auto-entrepreneur rigoureusement enregistré dans les bases de l’Etat.

Déclarer l’auto-entreprise

Le premier pas vers le statut d’autoentrepreneur est la déclaration auprès des institutions réglementaires. En effet, dans un pays de droit, dès qu’une activité permet de générer des bénéfices à l’individu, il doit le déclarer. Les taxes et impôts à payer dépendent du statut et de la nature des activités. En déclarant donc que vous êtes dans l’auto-entreprise, vous vous rangez du côté de la loi et évitez toute pénalité.

A lire en complément : 5 conseils pour réussir la gestion de projet

La déclaration se fait en ligne sur une plateforme spéciale. Vous devez donc scanner vos documents afin de les télécharger et faciliter la transmission dans la suite. Votre dossier à scanner devra porter tous les documents nécessaires à vous identifier en tant qu’auto-entrepreneur.  Vous avez surtout besoin d’une copie légale de votre pièce d’identité et d’un formulaire P0 qui renseigne sur beaucoup de détails. Aujourd’hui, ce formulaire existe sur la plateforme et vous n’aurez qu’à le remplir.

Selon la nature de votre entreprise et de vos activités, le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) varie. Votre inscription sera alors effective. Toutefois, vous devez préciser le modèle d’imposition sur le revenu qui vous convient. Vous aurez le choix entre le modèle classique et le versement libératoire. Faites des recherches sur le modèle qui convient le mieux à votre activité avant de choisir.

A lire également : En quoi consiste l’isolation calorifugeage ?

Fournir les justificatifs des activités artisanales et commerciales

Vous venez de vous inscrire sur la plateforme en tant qu’auto-entrepreneur, mais rien n’atteste de vos compétences encore. L’étape suivante sera alors celle où vous apportez les preuves de vos compétences artisanales, théoriques et/ou commerciales. Le seul meilleur moyen d‘y arriver est d’appartenir au Répertoire des Métiers. Pour ce faire, un justificatif de domicile et une déclaration sur l’honneur qui certifie votre capacité juridique suffiront.

Pour les artisans, il sera attribué gratuitement un numéro matricule à afficher sur les factures. Cependant, vous serez désormais redevable d’une taxe qui sera prélevée lors du premier paiement des cotisations sociales. Quand votre activité n’est pas artisanale, mais réclame plutôt des compétences intellectuelles, ce numéro ne vous servira à rien. Ajoutez à la déclaration sur l’honneur, la copie légale de votre diplôme ou de votre attestation de compétences ou encore une preuve d’expérience.

En revanche, si vos activités relèvent du commerce, vous aurez plutôt besoin d’un numéro matricule du registre du commerce.  Pour l’avoir, vous fournirez simplement les mêmes documents que les artisans. Votre matricule d’enregistrement dans le registre de commerce vous sera gratuitement donné. Vous aurez ainsi achevé votre demande de titre d’auto-entrepreneur légal.

Télécharger et conserver les documents d’auto entreprise

Avec des documents qui respectent tous les critères, votre demande devra être acceptée. Votre déclaration sera alors validée par le CFE et votre statut d’auto-entrepreneur sera dorénavant légal. Vous n’aurez pas dépensé le moindre sous pour avoir ce titre.

Il vous sera alors délivré des pièces très importantes qui attestent du caractère légal de votre entreprise. Il s’agit entre autres du certificat d’inscription au répertoire des entreprises, la note d’affiliation au régime micro-entrepreneur et à la sécurité sociale. Selon la nature de vos activités, vous pourriez en recevoir plus. Dans tous les cas, ces documents doivent être conservés précieusement.

Comment obtenir son numéro SIRET gratuitement

Au-delà des documents, la création d’une auto-entreprise implique aussi l’obtention d’un numéro SIRET. Ce numéro est en quelque sorte le ‘identifiant’ de votre entreprise et vous permettra notamment de facturer vos clients.

Pour obtenir ce numéro gratuitement, vous devez suivre une démarche simple qui consiste à effectuer une demande sur le site internet de l’INSEE ou auprès du CFE compétent pour votre secteur d’activité. Les informations nécessaires pour cette demande sont les mêmes que celles requises lors de la déclaration en tant qu’auto-entrepreneur : nom, prénom, adresse postale et électronique ainsi que des renseignements précis sur votre activité professionnelle.

Le délai moyen entre le dépôt de dossier complet et la réception du fameux sésame peut varier selon les régions, mais il est généralement compris entre 1 semaine et 10 jours. Avec cette étape supplémentaire accomplie avec succès, vous aurez tous les éléments requis pour exercer aussi votre activité.

Les avantages et inconvénients de ce statut d’auto-entrepreneur gratuit

Maintenant que vous avez toutes les informations sur la création d’une auto-entreprise gratuite, il faut peser le pour et le contre avant de se lancer dans cette aventure.

D’un côté, les avantages sont nombreux. Ce statut permet une grande flexibilité en termes de temps et d’organisation. Vous êtes votre propre patron et pouvez donc organiser vos journées comme bon vous semble. La procédure est simple et rapide à mettre en place. Pas besoin de passer des heures à remplir des formulaires compliqués ou de débourser des sommes importantes pour créer sa société.

En tant qu’auto-entrepreneur gratuit, vous bénéficiez automatiquement du régime fiscal micro-social simplifié qui permet une imposition moins importante sur vos revenus professionnels.

Ce statut comporte aussi son lot d’inconvénients. Tout d’abord, les plafonds limitent considérablement le chiffre d’affaires que vous pouvez réaliser chaque année (jusqu’à 72 500 € maximum). Certains secteurs ne peuvent pas être exercés sous ce régime : c’est notamment le cas des activités immobilières ou encore celles liées aux jeux d’argent.

N’oublions pas les risques financiers encourus lorsqu’on se lance dans une entreprise sans filet ! Il s’agit ici surtout du manque de protection sociale dont peut souffrir l’auto-entrepreneur gratuit comparativement au statut classique.

Si parfois cela peut constituer un excellent moyen de tester ses idées professionnelles ou même simplement effectuer quelques jobs occasionnellement, il faut y réfléchir à deux fois avant de se lancer en totale indépendance.

ARTICLES LIÉS