Hi_20inov

Comment faire financer sa start-up par une société de gestion en capital innovation ? Quelle est la procédure ? Quels éléments doivent figurer dans votre business plan ? Doit-on parler de valorisation ? Valérie Gombart, co-fondratrice de Hi Inov vous renseigne sur ces éléments.

Hi Inov est la société de gestion en capital-innovation du holding d’investissement Dentressangle Initiatives, que Pierre-Henri Dentressangle et moi-même avons fondée en 2012. Notre premier fonds, le FPCI Hi Inov 1, dont l’essentiel des 40 M€ de capitaux provient d’entrepreneurs de l’industrie et des services, cible les jeunes entreprises innovantes de l’économie numérique BtoB dans les domaines des e-services, de l’Internet mobile et des objets communicants industriels, des technologies du point de vente et de la donnée, et des logiciels SaaS dédiés à la digitalisation des entreprises. Depuis octobre 2015, Hi inov gère en sus le fonds SNCF Digital Ventures, doté de 30M€ pour investir dans les start-ups accélératrices de la mutation digitale du groupe. Nous avons constitué un portefeuille d’une dizaine d’entreprises dont nous sommes souvent le premier actionnaire comme Platform, Famoco, Commanders Act, Geolid pour en citer quelques unes.

Valérie Gombart Investisseur en capital-innovation

Investisseur en capital-innovation de métier et par passion, j'ai financé depuis la fin des années 90 à aujourd’hui environ 35 entreprises de croissance dans les technologies de l'information et de la communication. 13 d'entre elles ont été cédées pour un montant de plus-value nettes des moins values de 116 M€. Parmi ces succès, j'ai eu la chance d'accompagner depuis leurs débuts jusqu'à leur cotation en bourse Cimpress (ex : Vistaprint ) Nasdaq, leader mondial de l'impression en ligne, Parrot (PARRO, Eurolist B), leader mondial des périphériques du téléphone mobile, et Xiring (cotée puis cédée en 2011 à Ingénico)

4 étapes pour obtenir un financement

Nous demandons à l’entrepreneur de nous adresser un executive summary descriptif du projet d’entreprise dans son environnement de marché et de concurrence. Ce document nous permet de qualifier un intérêt, à partir duquel nous rencontrerons le cas échéant le ou les fondateurs.
Si cette première étape est concluante, notre équipe au complet passe une demi-journée dans l’entreprise et rencontre ses principaux managers.
Nous menons ensuite des due diligences produit et marché auprès des clients et partenaires de l’entreprise, qui si elles sont satisfaisantes, nous amène à proposer une offre de financement au(x) fondateurs.
Après acceptation de l’offre, la mise en œuvre juridique prend environ 1 mois.
Un bon business plan selon Hi Inov : un Powerpoint qui couvre les points majeurs du projet d’entreprise dans son environnement

Quelle est l’offre ? A quel besoin répond elle ? Pour quels clients, dans quel marché ? Dans quel environnement concurrentiel ?
Qui est l’équipe porteuse du projet ?
Quel est le business model développé ? La stratégie d’accès au marché ?
En fin de discours seulement vient le modèle financier, compte de résultat et plan de trésorerie simplifiés, ambitieux, mais crédibles.
Le format PowerPoint est beaucoup plus agréable à lire, et 20 slides doivent suffire pour faire passer les bons messages. Un fonds reçoit entre 700 et 1500 demandes de financement par an ; dans cette masse, il faut être synthétique et percutant pour attirer l’attention.
Je suis attentive à la cohérence du projet d’entreprise par rapport à l’expertise de l’équipe, sa compréhension des besoins clients, et de son environnement de marché et de concurrence.

Les 3 principales erreurs que vous nous retrouvons dans les business plans reçus :

L’entreprise se décrit comme unique au monde ; c’est souvent factuellement faux, ou alors, où est le marché ?
La start-up se décrit comme leader de son secteur alors qu’elle réalise un chiffre d’affaires inférieur au million d’euro
Le plan financier est totalement irréaliste
Doit-on parler de valorisation dans son business plan ?

Non, le business plan répond à un exercice de séduction. La question de la valorisation viendra bien plus loin dans le processus d’étude d’un fonds. Les fonds sérieux proposent eux mêmes la valorisation de l’entreprise dans laquelle ils souhaitent investir et les désirs des entrepreneurs ne changeront rien à leur raisonnement.

Lors d’une décision d’investissement, le premier critère de Hi Inov est subjectif

C'est notre appréciation de la qualité du management et notre évaluation de la capacité à travailler en bonne coordination avec l’entrepreneur et ses co-fondateurs pendant de longues années. A chaque profil d’investisseur correspond un profil d’entrepreneur ; c’est en cela que l’investissement en capital-innovation est un mariage à divorce programmé. C’est d’abord une aventure humaine.

De manière plus objective viennent ensuite la taille de marché, les critères de différentiation de l’offre dans son environnement concurrentiel, l’intensité technologique de la solution, qui crée ou non une barrière à l’entrée, l’ambition du projet de développement au regard de la capacité d’exécution de l’équipe.

Les conseils de Hi Inov

a) pour réaliser son prévisionnel financier

Le prévisionnel doit être celui de l’entrepreneur : il doit croire en ses hypothèses, qui peuvent certes être ambitieuses, mais se doivent de garder un certain réalisme.
Trop souvent le prévisionnel financier est formaté par un conseil, qui le proportionne à une taille de levée de fonds forcément importante, mettant souvent son client en grande difficulté face à son investisseur post-investissement, quand les promesses extravagantes ne peuvent être tenues

b) pour réaliser son business plan

Posez vos hypothèses vous-même.
Testez vos idées, votre modèle, très vite sur le terrain à petite échelle, auprès de vos prospects, clients, partenaires : un investisseur sera toujours sensible à un début, même modeste, de démonstration.
Faîtes vous challenger par vos pairs, à savoir d’autres entrepreneurs ; n’hésitez pas par peur d’être copié à exposer vos idées : tous les feedbacks que vous recueillerez seront bien plus précieux que le risque de se faire voler les idées.
Une anecdote pour conclure

Ce qui nous fait toujours beaucoup rire, c’est le passage de 1 M€ de revenus à 1 milliard € en 5 ans. On voit encore beaucoup de prévisions financières fantaisistes et décrédibilisantes de ce type, malheureusement.

0

Aidez à construire la réputation de legaleasy en votant pour cet article :

Les commentaires :