Accueil Juridique Quelles sont les structures de l’ESS ?

Quelles sont les structures de l’ESS ?

Alors qu’un nouveau secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance était responsable de l’économie sociale, solidaire et responsable, tandis que la crise du COVID a mis en évidence les preuves et la nécessité de courts canaux de production et de distribution, ainsi que la participation des parties prenantes à la les organisations, qui sont membres, alors que l’économie doit être plus que jamais mise au service des gens, il est important de présenter les entreprises dans l’économie sociale et solidaire et d’avoir une réflexion sur leurs pratiques de gestion.

A lire également : Quel est l'effectif d'une entreprise ?

Qu’ est-ce que l’économie sociale et solidaire (SSE) ?

Associations, mutuelles, coopératives et sociétés générales agréées « Social-Utilité́ Solidaires d’Utilité́ Sociale » (ESUS) en vertu de la loi ESS de 2014. pour répondre aux attentes et aux besoins de ses membres. Leurs modèles juridiques ne permettent pas l’appropriation individuelle des excédents administratifs comme seule finalité. Quelle assistance mutuelle est appliquée par le SSE dans l’économie par une facette de la devise républicaine : le FraternitelRoux, L’économie sociale — La stratégie de l’exemple. Cependant, l’ESS n’est pas une économie de pauvreté. Si le profit n’est pas la cible de ses entreprises, leur rentabilité reste le principal moyen de leur but. Ils sont tenus de maintenir ou d’atteindre un certain niveau de performance, tout en assurant l’existence de la direction qui est le relais et l’incarnation de leur projet de démarrage. Comment procèderont-ils ?

A lire aussi : Comment se mettre à son compte à domicile ?

SSE : Un univers de valeurs et de sens

Les valeurs d’une organisation forment un ensemble de croyances et de règles qui fournissent aux parties prenantes un cadre de référence (culture, langage commun) pour guider leurs actions. Son projet de démarrage est unique à une entreprise ESS, qui est une réponse à une situation socio-économique dégradée ou problématique en raison de la nature militante et politique de l’acte entrepreneurial qu’elle représente. Ainsi, les valeurs qui ont conduit à la création de l’entreprise deviennent le cadre du modèle de gestion et définissent les principes de gouvernance et de gestion.

Le SSE propose donc une application concrète de la gestion collective des problèmes d’intérêt commun, alors que la théorie économique standard n’a pas longtemps été en mesure de considérer les deux natures des biens de différentes manières : celles qui affectent chaque individu isolément et celles qui touchent un groupe de personnes collectives. Les principes énoncés dans la charte de l’économie sociale et auxquels participent les entreprises d’ESS ont fixé les conditions d’une économiques et sont philosophiquement compatibles avec la théorie des biens communs. C’est une rupture avec le principe de ModernityFlahult, où est allé le bien commun ? , pour lequel seul l’individu veut dominer le monde pour son intérêt. La théorie commune de la propriété exige une nouvelle forme de gouvernance : la gestion des biens par les acteurs directement concernés. Elinor Oström propose donc d’envisager un modèle de gestion d’un bien commun par les bénéficiaires de ce Beenostrom, qui régit les biens publics. Cette logique de gestion collective se trouve dans les entreprises de l’ESS et conduit à une révision des idées collectives et communautaires. C’est cette gestion collective des biens communs qui permet d’atteindre l’objectif d’usages sociauxParodi, « Les prestations sociales auxquelles le visage caché de la valeur de l’économie sociale « , qui est le Les entreprises de l’ESS ont créé leur propre entreprise. Les entreprises SSE, grâce à la force du collectif qu’elles organisent, proposent une organisation de coexistence qui se distingue de la réalité des entreprises conventionnelles. Ce n’est pas un hasard si elles ont été une force motrice de la création du concept de mission. Il reste à donner vie à ce collectif dans la gestion aussi.

Pour la gestion de la valeur

L’ importance des valeurs dans le SSE est que la spécificité de la gestion consiste à en faire un élément de partage et de contrôle des performances, avec une amélioration continue à quatre niveaux : économique, juridique, organisationnel et social. Ainsi, si la performance reste économique et tient compte de la rentabilité et de la productivité, elle fait également partie d’une dimension juridique en matière de conformité réglementaire et réglementaire. une composante organisationnelle par le développement des compétences des employés, et surtout, elle est sociale grâce à la mission qu’elle s’est fixée. Il crée des synergies entre les parties prenantes et accroît la participation et la satisfaction des employés dans leurs activités quotidiennes et dans l’exercice de leurs responsabilités professionnelles. La performance globale des entreprises ESS contribue au développement du potentiel des parties prenantes et donne à leur engagement envers l’organisation un vecteur clé de la qualité de vie au travail, car la direction cherche à être cohérent avec les valeurs originales du projet, vecteur clé de la qualité de vie. travail.

trouve

Chaque entreprise ESS est née d’un projet d’avantages sociaux et est motivée par le désir de donner vie à ce projet de la meilleure façon possible pour répondre aux attentes de ses membres. En conséquence, les valeurs qui la sous-tendent, qu’elle défend et montre structurent son mode d’organisation et de coexistence qu’il offre à ses employésLaan, « Gestion à travers les valeurs de trois entreprises dans l’économie sociale et solidaire (SSE) : une coopérative mutuelle et un groupe de retraite ». Cependant, l’échange de ses valeurs et de ses connaissances sur son projet fondateur n’est pas évident pour ses employés, et les dirigeants de l’entreprise jouent un rôle de premier plan. En tant que sens, ils animeront l’équipe des collaborateurs de l’entreprise et leur permettront de situer leur action individuelle par rapport au projet collectiflacan et Silva François, Repenser Management. Par conséquent, la gestion par la valeur est un porteur de performance, qui est non seulement sociale, mais aussi économique. Mais attention, puisque les statuts ne sont pas des vertus, rien n’est acquis et les compagnies de la SSE Proactive en gestion, ils sont presque voués à être « meilleurs qu’ailleurs ». C’est le prix que vous devez payer pour ne pas créer de dissonance cognitive parmi les employéesFestinger, Une théorie de la dissonance cognitive.

Arnaud LACAN, Professeur de gestion — Chercheur

En savoir plus :

Arnaud LACAN, François SILVA (2020), La gouvernance par les valeurs comme élément de performance pour les organisations SSE : éclairage postmoderne, Recherche en sciences de gestion – Ciencias de Gestión, 2020, n° 137.

Arnaud LACAN, « La gestion par les valeurs de trois entreprises dans l’économie sociale et solidaire (ESS) : une mutuelle, une coopérative et un groupe de retraite. », RIMHE — Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, n° 38.

Références Références

↑1 Leroux, L’économie sociale — La stratégie de l’exemple. ↑2 Flahault, Où est passé le bien commun ? ↑3 Ostrom, Regieren der Gemeingüter. Parodi, « Programme social pour éclairer le côté caché de la valeur de l’économie sociale ». 5 Lacan, « Gérer les valeurs de trois entreprises dans l’économie sociale et solidaire (SSE) : une mutuelle, une coopérative et un groupe de retraite. » 6 Lacan et Silva, François, L’Administration. ↑7 Festinger, Eine Theorie der kognitiven Dissonanz.

ARTICLES LIÉS